ZOÏA SKOROPADENKO

Zoïa Skoropadenko est née en Ukraine. Elle fait de l'art depuis aussi longtemps qu'elle s'en souvienne. Dès l'âge de cinq ans, elle a été tutorée par l'artiste national ukrainien Grigory Sinitsa.

Elle a étudié à l'École nationale des Beaux-Arts et à l'Institut des Beaux-Arts, lorsque la chute de l'Union soviétique a rendu impossible l'accès à l'éducation artistique pour les personnes sans argent.

Elle a poursuivi ses études à l'Université nationale de Lviv. En tant que journaliste étudiante de premier plan dont un réseau ou des amis journalistes internationaux, elle a été expulsée sans cérémonie de l'Université pour avoir été un espion. En tant que propriétaire d'un PC et d'un modem, comment ne pourrait-elle pas être financée par la CIA ?

Sans un compte bancaire d'espion rempli de dollars yankees, Zoia a néanmoins rebondi.
Elle a fait du stop dans toute l'Europe, a souvent couché auprès des sans-abri et après une longue aventure " en Europe ", elle s'est retrouvée à Monaco et a trouvé un emploi.
Si vous n'êtes pas la fille d'un oligarque ou d'un agent de la CIA formé et financé, il n'est pas facile pour une jeune artiste de joindre les deux bouts à Monaco. Cependant, le terrain de jeu le plus glamour du monde a besoin d'une traduction multilingue. Zoia, qui parle 8 langues, s'est donc retrouvée à travailler dans le milieu de l'art tout en subvenant à ses besoins de traduction.

Tout en aidant les courtiers en bateaux à vendre à des Européens de l'Est entreprenants qui s'étaient rapidement enrichis, elle a également aidé Interpol à arrêter et interroger les entrepreneurs d'Europe de l'Est qui espéraient s'enrichir rapidement.

Parallèlement, elle participe à la vie artistique de la Côte d'Azur. En cours de route, elle rencontre des artistes contemporains de renom comme Arman (Nouveau Réalisme), Ernst Fuchs (Fantastic Realisme), Sosno, Emma de Sigaldi, Folon et Robert Rauschenberg et devient membre du National Art Committee et de l'ADAGP. Elle a illustré un livre et a exposé.

En 2008, pendant la crise économique, les temps sont devenus très difficiles, Zoia a été réduite à acheter de la nourriture bon marché sur le marché et les quais à la fin de la journée. Le matin, un gentil pêcheur local lui a offert un sac de poulpe pour le déjeuner. Elle voulait le manger, mais elle avait une idée : utiliser la Pieuvre pour créer une sculpture. C'est ainsi que le cadeau de la nourriture est devenu la série TORSO. Les choses ont commencé à s'améliorer.

4 ans plus tard, elle a eu sa première exposition de TORSO à Londres. La série a été mentionnée dans des magazines d'art influents comme "Creative Review" et les choses ont commencé à bouger.

En 2010, elle a ouvert son espace d'exposition personnel au Palais de La Scala à Monaco, "La Vitrine".
En 2011, le gouvernement monégasque lui a accordé le statut officiel d'Artiste-peintre de Monaco. Elle expose régulièrement, ses œuvres ont été exposées à Monaco, Londres, Marseille, au Conseil de l'Europe, à Paris, à Osaka, au Japon et en Chine.
En 2015, Zoia a exposé à Monaco, Paris, Londres, Tokyo.

VOIR SES OEUVRES